Association Européenne de Promotion des Quadricycles

Les Vehicules

Le succès des quadricycles fut immédiat en France, ce qui explique la prééminence des constructeurs français dans cette industrie qui s’adresse aujourd’hui au marché des 28 Etats membres de l’Union Européenne. Aujourd’hui le quadricycle n’a plus grand-chose à voir avec les premiers véhicules que l’on croisait sur les routes de France il y a 30 ans : disposant d’une homologation européenne et d’un ensemble de dispositifs de sécurité obligatoire, ce sont des véhicules confortables, sûrs et fiables, restant toutefois faciles d’accès et parfaitement adaptés aux possibilités de la majorité de leurs utilisateurs. Sur le plan administratif, il existe deux catégories de quadricycles :

Les Quadricyles Légers

 

Les quadricycles légers constituent l’essentiel du marché. Ils disposent notamment de nombreux arguments pour s’imposer comme la voiture urbaine :

  • Un faible encombrement qui facilite le stationnement et les petites livraisons ;

  • Une consommation limitée : 3 litres aux 100 km ;

  • Une pollution moindre qui devrait séduire toutes les populations sensibles à l’écologie mais aussi les habitants des grandes métropoles dont la circulation pourrait être limitée en cas de pollution excessive ;

  • Une vitesse adaptée à la conduite en ville : 45 km/h.

Les constructeurs mettent en œuvre des solutions techniques et juridiques pour empêcher la manipulation des moteurs et l’augmentation des performances. Les motorisations utilisées (bicylindres diesel à injection mécanique) rendent quoiqu’il en soit ces interventions hors de portée des utilisateurs. En France (et partout en Europe) les quadricycles font l’objet des mêmes restrictions de circulation que les cyclomoteurs et ne peuvent par exemple emprunter les autoroutes et les voies rapides.

Les Quadricyles Lourds

 

Les quadricycles lourds, moins répandus, dont la puissance est limitée à 15 kW, nécessitent un permis pour être utilisés (permis B1 au minimum). Il s’agit principalement de petits véhicules utilitaires utilisés par les collectivités publiques ou de véhicules électriques dont la puissance leur permet une utilisation optimale en zone urbaine étendue.

Le Permis AM pour les Quadricyles Légers

Depuis l’entrée en vigueur de la Directive 2006/126/CE au 19 janvier 2013 relative au Permis de conduire, les quadricycles légers sont soumis à l’obtention du permis AM.

 

Age d’accès
16 ans pour les quadricycles (14 ans pour les cyclomoteurs)

 

Formation théorique
Dispensée au collège, elle est validée par l’attestation scolaire de sécurité routière en classe de 5ème (pour l’ASSR1) et en classe de troisième (pour l’ASSR2).
N.B : Ces attestations (ASSR de 1er niveau ou ASSR de 2ème niveau ou ASR) sont obligatoires pour pouvoir s’inscrire à la formation pratique du permis AM et n’autorisent pas le jeune à conduire un véhicule à moteur.


Examen théorique
Validée par la délivrance de l’ASSR de 1er ou de 2nd niveau ou par l’ASR.

 

Formation pratique
D’une durée de sept heures, qui s’organise autour des trois types d’enseignement suivants :
Les équipements, leurs rôle, les contrôles indispensables à l’entretien et au maintien de la sécurité, la maîtrise du véhicule hors circulation (durée 2h)

Conduite d’un quadricycle : comportements à avoir, vitesse et ses conséquences (durée 1h).
NB : il est possible que le candidat utilise son propre véhicule pour passer la formation pratique.

 

Equivalences : Tout conducteur de cyclomoteur ou de quadricycle léger à moteur né après le 31 décembre 1987 doit être titulaire soit du permis de conduire, soit du Brevet de Sécurité Routière (BSR) ou tout titre équivalent délivré par un État membre de l’UE. Les personnes nées avant le 1er janvier 1988 n’auront pas à détenir de permis AM pour la conduite d’un quadricycle.

© EQUAL. All rights reserved.